Pourquoi les Allemands consultent-ils si souvent le médecin?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Pourquoi les Allemands consultent-ils si souvent le médecin? Le citoyen allemand moyen visite 18,1 médecins par an. Autrichiens, Polonais, Français, Danois et Belges ne consultent un médecin qu'en moyenne sept fois par an. Cela signifie que les Allemands vont chez le médecin plus d'une fois par mois en moyenne. Comment cela peut-il arriver?

Un médecin résident en Allemagne traite en moyenne environ 45 patients par jour de travail selon le rapport médical Barmer GEK 2010 et dispose de huit minutes par patient. Le rapport montre deux fois plus de contacts avec des médecins en Allemagne que dans une comparaison internationale, une augmentation du nombre de cas de traitement facturés et une nouvelle augmentation du nombre de visites chez le médecin par rapport aux années précédentes. Selon ses propres déclarations, le rapport Barmer GEK repose sur des données de facturation ambulatoires d'environ 1,7. Millions d'assurés. Cela représente environ 2% des Allemands - ce qui permet de tirer des conclusions et des projections représentatives sur la situation globale des soins ambulatoires. Le rapport médical Barmer GEK est publié chaque année par l'Institut hanovrien de médecine sociale, d'épidémiologie et de recherche sur les systèmes de santé (ISEG).

Dans le rapport présenté aujourd'hui lors d'une conférence de presse à Berlin, l'effet des frais de pratique, par lesquels les assureurs maladie collectent désormais 2 milliards d'euros par an, est remis en question, et il est souligné que "les soins généralement sensés centrés sur les médecins généralistes sont dans une impasse".

Les soi-disant frais de pratique de 10 euros par trimestre pour la première visite chez un médecin ont été introduits en 2004. Cela devrait aider à alléger le fardeau des assureurs maladie car, entre autres, on supposait que les visites chez le médecin en raison de banalités diminueraient. De plus, il n'a pas été possible de consulter un spécialiste sans consulter un médecin généraliste.

Dr. med. Thomas G. Grobe, chef de projet du rapport médical et assistant scientifique à l'ISEG de Hanovre, pose à juste titre la question de savoir si une augmentation du traitement ne réduirait pas le nombre de visites: «Apparemment, il y a de moins en moins de temps pour le contact individuel avec les patients. De nombreux contacts médicaux peuvent à leur tour être inutiles en raison de la durée du traitement plus longue. "

Le Barmer GEK en arrive à la conclusion que les caisses maladie, les associations de médecins généralistes et les associations statutaires d'assurance maladie devraient désormais aborder une approche commune pour mieux mettre en œuvre ces informations.

Il n'est pas seulement supposé dans les cercles médicaux que les frais de pratique ont causé un effet boomerang. Après avoir payé les frais de pratique, de nombreux assurés pourraient estimer qu'ils «profitent désormais pleinement des 10 euros ce trimestre et souhaitent effectuer le plus de consultations médicales possible. (Thorsten Fischer, naturopathe ostéopathie, 19 janvier 2010)

Informations complémentaires:

Site Web de l'Institut hanovrien de médecine sociale, d'épidémiologie et de recherche sur les systèmes de santé

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Coronavirus: qui faut-il sauver quand on ne peut pas soigner tout le monde?


Commentaires:

  1. Howell

    Je suis également préoccupé par cette question. Pouvez-vous me dire où je peux trouver plus d'informations sur ce problème ?



Écrire un message


Article Précédent

Rapport sur le cœur 2013: risque de décès plus élevé dans l'Est

Article Suivant

L'extrait de lierre soulage la toux