Implants mammaires bon marché: poursuite rejetée



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Scandale mondial sur les implants mammaires PIP

Le scandale mondial des implants mammaires du fabricant français "Poly Implant Prosthesis" (PIP) remplis de silicone bon marché nocif ne s'arrête pas. Après qu'une personne touchée ait intenté une action pour douleur et souffrance contre le TÜV-Rheinland, le tribunal de district de Nuremberg-Fürth l'a maintenant rejetée.

On estime à plus d'un demi-million de femmes touchées Depuis des années, la société française PIP a produit des implants en silicone avec du silicone bon marché et nocif pour la santé. Lorsqu'on a appris que ceux-ci se déchireraient plus vite que les autres modèles, le scandale a été révélé, les ventes ont été interdites et la société a finalement déposé son bilan. Jusque-là, on estimait que jusqu'à un demi-million de patients avaient utilisé les implants dangereux, à la fois dans le cadre de la chirurgie esthétique et après la chirurgie du cancer. Environ 10000 femmes sont touchées par ce scandale rien qu'en Allemagne, et le fondateur du PIP, Jean-Claude Mas, doit répondre devant le tribunal depuis avril 2013.

Le TÜV Rheinland obtient l'homologation des implants mammaires bon marché Outre la société française, TÜV Rheinland est également au centre de l'action. Ce dernier avait prématurément approuvé les implants PIP, ce qui a conduit à des plaintes de revendeurs et de patients. Il en va de même pour une victime (Az.11 O 3900/13) qui avait reçu un implant correspondant, mais qui avait été retiré immédiatement après que le scandale soit devenu connu. La femme a réclamé 40000 euros de douleur et de souffrance au centre de test, mais sans succès.

Le tribunal rejette l'action en justice Au lieu de cela, le tribunal régional de Nuremberg-Fürth a rejeté la demande au motif que: «L'organisme notifié n'était pas obligé d'examiner des implants spécifiques ni de procéder à des inspections inopinées sur place. Selon le tribunal, de telles obligations ne résultent pas des réglementations légales pertinentes », indique le communiqué de presse du TÜV Rheinland. Avec cette décision, le tribunal, selon l'avocate Ina Brock du cabinet d'avocats Hogan Lovells LLP, "a confirmé que TÜV Rheinland s'acquittait de ses fonctions d'organisme notifié de manière responsable et conformément à toutes les lois et normes applicables", a poursuivi le TÜV.

AOK Bayern avait également poursuivi le TÜV Rheinland en relation avec les implants PIP, bien que la date du procès soit toujours en suspens. La caisse d'assurance maladie avait réclamé 50 000 euros de dommages et intérêts à l'organisme d'inspection, car la caisse d'assurance maladie devait payer la somme pour le retrait des implants de 27 assurés. En outre, il y a un total de plus de 50 millions d'euros de dommages et intérêts pour lesquels les femmes et les marchands ont poursuivi le TÜV devant le tribunal - selon le tribunal compétent de Toulon dans le sud de la France, une décision ne peut être attendue qu'à la mi-novembre. (Non)

Image: Henning Hraban Ramm / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: Chirurgie esthétique prothèses mammaires


Commentaires:

  1. Edwald

    J'ai pensé et posé cette question

  2. Sale

    Excuse que je vous interrompre, moi aussi je voudrais exprimer l'opinion.

  3. Tomik

    Peut-être que je serai d'accord avec votre opinion



Écrire un message


Article Précédent

Rapport sur le cœur 2013: risque de décès plus élevé dans l'Est

Article Suivant

L'extrait de lierre soulage la toux